Des ailes d’argent, Camilla Läckberg.

J’attends toujours les romans de Camilla Läckberg avec impatience, même après le virage qu’ont pris ses livres à partir de La Cage dorée (chronique ici). Des ailes d’argent est le deuxième volet des aventures de Faye et j’avais hâte de savoir ce que l’avenir réservait à notre héroïne. Attention, si vous n’avez pas lu La Cage dorée, cet avis risque de vous gâcher certains aspects du livre.

Des Ailes d’argent nous présente une Faye heureuse : sa société Revenge est florissante, elle coule des jours heureux en Italie, son ex-mari est en prison. Mais, bientôt, des ombres menaçantes se profilent : des actions de Revenge sont vendues, mettant en péril l’avenir de l’entreprise, des fantômes de son passé ressurgissent également, créant une combinaison des plus dangereuses.

J’ai apprécié de retrouver Faye, cette femme forte qui avait su renaître de ses cendres après la trahison, l’humiliation, la souffrance indescriptible. Dans ce deuxième volet, nous en apprenons plus sur elle, sur son passé, sur ses fêlures, sur ce qui fait sa force aussi. Et il faut reconnaître que Camilla Läckberg ne l’épargne pas. Pour autant, Faye m’a aussi profondément agacée. Elle se comporte sur une bonne moitié du roman comme une adolescente aveugle, comme une femme naïve et crédule qui n’a rien appris de son passé. Le lecteur voit venir à des kilomètres à la ronde ce que l’héroïne ne voit pas, et cela donne un récit assez prévisible et de ce fait décevant. J’ai très (trop) vite compris ce qu’il allait advenir de David, ce qui se profilait avec Johanna. Faye est dans ce volet très ambivalente : elle est censée être une femme forte qui a dépassé un certain nombre de choses, mais elle se comporte de façon puérile et colérique. Alors, bien sûr, elle se réveille à temps pour essayer de s’en sortir et elle peut compter sur ses amies pour l’aider, mais cela aussi était assez attendu. Finalement, l’alliance de femmes blessées pour surmonter les écueils de la vie – peu importe lesquels – est une thématique qui n’est pas originale puisque Camilla Läckberg l’exploitait elle-même dans Femmes sans merci. (avis ici)

L’intrigue en elle-même n’est pas inintéressante : la vengeance de l’homme qui se sent bafoué, les sangsues qui essaient de se partager le banquet, des profiteurs qui essaient de tirer leur parti de la naïveté d’une femme, des femmes qui s’associent pour lutter et sauver la mise ; le tout saupoudré d’un aller-retour présent / passé qui éclaire le présent une fois parvenu au terme du livre. En soi, nous avons là une combinaison efficace. Mais, malheureusement, il y a aussi pas mal de pierres d’achoppement. Les retours dans le passé – que normalement j’adore- m’ont vite lassée car ils étaient prévisibles. J’ai très rapidement compris de qui il s’agissait et où les choses allaient mener les personnages. La saveur de ces passages a donc été entachée de l’absence de surprise. Pour le reste du livre, ce sont aussi des passages cousus de fils blancs qui m’ont chagriné. Des femmes divorcées qui se mettent à croquer la vie à pleine dents, abusant de la boisson et couchant avec des jeunes minets, des scènes de sexe en veux tu en voilà, décrites en détails mais finalement qui n’ont la plupart du temps aucune importance en terme dramatique. Ainsi, je retrouve dans ce thriller ce que je n’aime pas dans les romances : des scènes de sexe galvaudées, décrites sans subtilité, voire de façon très crue, sans que cela apporte un petit plus au récit pour montrer la violence d’un personnage, la perversion d’un criminel. Dans La Cage dorée, une partie de ces scènes s’expliquaient par les infidélités chroniques de Jack, par sa soif de dominer les femmes, et cela ne m’a pas spécialement dérangée, mais ici, je ne vois pas ce que cela apporte, même si ce sentiment n’engage que moi.

Ainsi, je suis plutôt déçue par Des Ailes d’argent. La lecture n’est pas désagréable en soi, il y a des rebondissements et des renversements de situation, mais trop de choses m’ont paru prévisibles, l’héroïne devient agaçante par ses attitudes puériles et il m’a manqué un zeste d’originalité par rapport aux deux précédents opus. Je suis la première désolée car je me faisais une joie de découvrir ce roman.

2 réponses sur « Des ailes d’argent, Camilla Läckberg. »

  1. Tres décevant. J attends toujours les livres de cet auteur mais c est a se demander si elle a sa tête. Des scènes de q qui ne servent pas l intrigue, des aberrations sur le plan économie,c est n n’importe quoi

    J'aime

Répondre à lesreveriesdisis Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s