Seirens, Mélissa Scanu, T2 Mirage.

seirens 2 Il y a quelques temps déjà, j’avais découvert Rivage, le premier tome de Seirens de Mélissa Scanu. Ce roman jeunesse m’avait bien plu, et j’avais passé un agréable moment sous l’océan aux côtés des personnages, même si tout ne m’avait pas emballée (lien vers l’avis, ici).  A l’approche des températures estivales, il était temps de replonger dans un univers sous marin, empreint de fraîcheur.

    Ce deuxième volet se déroule deux mois après les événements du tome 1. Le complot a été mis à jour et les deux comtés, Lamynte et Renatia tentent de se reconstruire. Mais la paix reste précaire. La collègue de Fey, Veralyn, disparaît. Fey elle-même échappe de peu à un enlèvement. Bientôt, la vie paisible de tous bascule dans un univers cauchemardesque lorsque les enlèvements se multiplient rendant le spectre des rebelles de plus en plus menaçant. Fey et ses amis essaieront de se battre, envers et contre tous.

      L’objet livre est une fois de plus très attractif, comme souvent avec les Editions Plume Blanche : la couverture avec des effets pour retranscrire des gouttes d’eau, les dessins au fil des pages, tout concourt à rendre la lecture agréable et fluide, tout en offrant un ancrage par le dessin très savoureux.

      Il est de plus très facile de se replonger dans l’univers du roman. Cela faisait deux ans que j’avais quitté Seirens, et il ne m’a fallu guère que le premier chapitre pour retrouver mes marques. Les rappels des liens entre les personnages est fait de manière fluide, la rythmique du récit est savoureuse : les événements arrivent au bon moment, ménageant la surprise et quelques renversements de situation intrigants. La plume de Melissa Scanu est une fois de plus très agréable à suivre. Le récit s’écoule entre nos doigts et les pages filent sans que nous ne buttions sur des récifs, les expressions typiquement seirens colorent le roman et donnent une petite touche vraie qui complète un univers toujours aussi intéressant.

      Ce deuxième volet a l’intérêt de ne pas répéter les éléments du premier. Nous retrouvons quasiment tous les personnages, cette fois-ci à Rénatia, où se sont rassemblés Fey et ses amis lamyntiens. Certains personnages négatifs reviennent sous une forme ou une autre, et cela crée un fil directeur aux deux tomes. Ici, les us et coutumes seirens sont encore plus développés en ajoutant des fêtes, des costumes, des croyances, une partie scientifique et médicale, ce qui permet de donner une fois de plus une cohérence d’ensemble au livre. Les personnages s’étoffent de sentiments, de doutes, de désirs et de quêtes personnelles, y compris des personnages secondaires comme Tyfenn, ou encore Filius. J’ai adoré en savoir plus sur ces personnages-là, qui comme Katell montent en puissance et permettent de déployer un autre versant du monde seirens. Par contre, Fey s’est montrée parfois agaçante, Arthur assez immature par certains côtés – d’ailleurs, nous en savons assez peu sur lui finalement.

       Ainsi, Mirage acquiert une vraie autonomie par rapport à Rivage et le complète avec bonheur. De nouvelles aventures attendent nos héros, des disputes, des incompréhensions et des écueils assez violents ; de quoi pimenter la lecture, en douceur malgré tout. En effet, nous avons là un récit jeunesse : les combats restent assez légers, les conflits sont présents mais voilés de pudeur. Ce roman peut donc être mis entre toutes les mains. Le plan des rebelles est un peu étonnant, et j’aurais aimé en savoir plus sur leur façon de manipuler les habitants de Rénatia, mais dans un univers de fantasy, cela fonctionne assez bien.

     Mon seul vrai bémol vient du trio : Fey, Garten, Arthur. Les imbroglios autour de leurs émotions, de leurs ressentis, et des sentiments amoureux m’ont agacée. En toute honnêteté, je ne pense pas que cela gêne la lecture, mais c’est typiquement ce que je n’aime pas dans les romances. Or, dans ce tome, les atermoiements amoureux prennent un peu trop de place à mon goût et cela m’a fait grincer des dents. Pour une lecture toute douce, au bord de la mer, cela ne m’a pas trop embêtée, mais j’ai levé les yeux au ciel quelquefois. Amateurs de romance et de romans doux : jetez-vous sur Seirens! Si vous êtes un peu plus réfractaire, comme moi, vous êtes prévenus, quelques passages vous feront sans doute grincer des dents, mais l’essentiel de l’histoire n’est pas là et il est possible de passer outre et de trouver un intérêt sur les autres aspects du livre. Par ailleurs, j’adore le travail sur les titres des tomes : Rivage / Mirage. J’aime beaucoup le jeu littéraire (vive la paronomase!) et cela m’a fait sourire.

       Ainsi, Mirage, le deuxième volet de Seirens est une lecture agréable et rafraîchissante, idéale pour les adolescents ou pour les lecteurs ayant envie d’un bain de fraîcheur au cœur de l’été. Les complots et les rebondissements ont de quoi vous emporter dans un autre univers, sans prise de tête. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s