Semblables, Julie Jodts.

Résultat de recherche d'images pour "semblables roman julie jodts"      J’ai reçu cette nouveauté des éditions Plume Blanche dans ma Mille et un Livres box de décembre, un peu avant sa parution officielle du coup… Je suis obligée de reconnaître que j’aime beaucoup ce partenariat entre les deux et la découverte, même quelques jours avant les autres d’une oeuvre, laisse toujours flotter dans l’air le doux parfum du bonheur. Une fois de plus également, je suis obligée de dire que cette couverture m’a séduite au premier coup d’œil : simple et épurée, elle capte l’attention.

      Semblables est un roman étonnant. Si vous lisez la quatrième de couverture, vous découvrirez les règles qui régissent la société dépeinte et rien d’autre…. Alors, je vais vous en dire un peu plus. Une lutte séculaire entre deux nations fait rage. Dans la tribu de notre héroïne,  l’aîné sera gardien de la cité, le cadet fera perdurer la lignée et le dernier sera artisan. Mia et Léna sont jumelles, fait rare, Léna est l’aînée, Mia a un destin tout tracé. Mais dans une société qui ressemble à un carcan, un minuscule grain de sable vient gripper l’engrenage et l’immuable change, le destin se modifie et bientôt Mia partira à la découverte de son futur, subissant au passage un rude apprentissage.

      Il est difficile de rédiger une chronique sur ce roman sans trop en dévoiler, mais je vais tenter, malgré tout. L’organisation de la société imaginée par Julie Jodts m’a vite fait frémir, lorsque j’en ai compris les implications, et ce tome 1 dissémine les informations à point nommé pour que le lecteur comprenne peu à peu de quoi il retourne. Je suis pourtant convaincue que nous n’avons entraperçu entre ces pages qu’un seul versant de la montagne, et je suis déjà curieuse d’en découvrir la suite. Les dernières pages nous laissent d’ailleurs entrevoir que l’univers n’est pas aussi manichéen qu’on voulait bien nous le laisser penser. Des révélations nous attendent et je suis plutôt contente de ces cailloux semés par une autrice qui se fait Petit Poucet pour nous mener vers notre vraie destination.

      Malgré cela, j’ai eu peur au début. La narration se concentre beaucoup sur Mia, la jeune fille au destin tracé, la cadette, celle qui doit se marier et perpétuer la lignée… Et le début confine un peu trop à la chick litt à mon goût : amours, préparatifs de mariage, convenances… Bref, rien de ce que j’aime. Et puis finalement, (heureusement pour moi!), l’autrice fait prendre un virage en épingle à son récit. Tout se bouscule, se noue et se dénoue pour revenir à un autre ordre, sans dessus dessous, mais un ordre avec lequel les personnages doivent compter et avancer. Mia prend son destin en main, et, en dépit des convenances, fait ce que son cœur lui dicte, enfreignant lois et morale, elle s’émancipe et devient une femme forte. Je crois que cela a sauvé ma lecture en me surprenant avec bonheur.

      J’ai finalement beaucoup aimé le personnage de Mia. Elle est complexe et vraiment humaine. Elle a peur du regard des autres, elle veut être parfaite ou s’en approcher, craint de faillir à chaque instant et se bloque elle-même. Je l’ai trouvée touchante parce que finalement, elle me ressemble par certains aspects. Sa quête d’elle-même la mène sur des chemins bien délicats, qu’elle n’avait pas soupçonnés, et au terme de ce premier tome, elle se trouve dans une bien mauvaise posture… qui ne peut que nous intriguer et nous donner envie de lire la suite. De plus, j’ai aimé que Mia soit torturée entre ce que lui dicte son cœur et sa conscience, tiraillée entre le mensonge qu’elle pense nécessaire et son besoin d’être elle-même, sa peur de se perdre et de ne devenir que l’ombre de quelqu’un d’autre.

       Les personnages secondaires sont plutôt savoureux. Chacun a son éclat propre, qu’il apparaisse une fois ou quinze. J’ai un faible pour James, le colosse à l’humour désarçonnant, au cœur aussi tendre que son physique est imposant. La volubile Saya m’a aussi fait sourire et sa présence rayonne à travers les pages. Par contre, puisqu’il faut être honnête, il est une romance que j’ai vu arriver avec ses gros sabots et qui ne m’a pas du tout séduite. Dès la première rencontre entre deux personnages, j’ai senti où ça allait en venir, et… certains passages ont été un peu trop convenus à mon goût. Toujours est-il que le dosage entre romance, aventures, et fantasy reste équilibré et que l’on touche ici à un goût très personnel. Je n’aime pas la romance et la plupart de ses codes, du coup, ça biaise forcément ma lecture. Pour celles et ceux qui seraient comme moi, il faut malgré tout dire que ça ne bloque pas la lecture. Oui, je n’ai pas accroché à certains passages, mais rien qui ne me donne envie d’arrêter de lire. Cela reste donc un bémol bien modeste, d’autant que cela ne concerne qu’une petite partie du roman.

      Mon seul vrai regret dans cette lecture, c’est que la présence des aniphores, ces animaux merveilleux qui sont un double de chaque être, compagnon unique d’une vie, ne soit pas davantage mise en avant et exploitée pour enrichir encore la narration. Ce doit être mon amour des bêtes qui parle, mais j’aurais tant aimé voir plus Virgile, Cookie et les autres ! Qui sait, ce sera peut être le cas dans le tome 2…

      Enfin, Semblables brouille les catégories : je le classerai dans les dystopies, mais en l’absence de la suite, je n’en suis pas totalement convaincue, un soupçon de fantasy assurément, une part de romance, et beaucoup d’aventures et d’apprentissage pour les héros. Un mélange qui peut séduire un large public, et malgré mes réserves, j’ai moi aussi très envie de savoir ce qui attend Mia de l’autre côté du miroir.

       En conclusion, Semblables est un roman très fluide à lire, prenant, et avec lequel j’ai passé un très bon moment. Voilà de quoi finir 2018 sur une note très agréable! Je ferai donc partie de celles et ceux qui attendront la suite.

 

2 réponses sur « Semblables, Julie Jodts. »

    1. Tu auras beaucoup d’autres occasions de le trouver, et qui sait, peut-être même sur un autre salon, où tu pourras avoir une jolie dédicace! 🙂 Le must!! Moi, je regrette de ne pas avoir pu aller à Mons (beaucoup trop loin) pour acheter Rozenn tome 2 et Outre-Temps, coup de cœur dont j’attends la sortie papier. (j’en ai fait une bêta lecture)

      Aimé par 1 personne

Répondre à lesreveriesdisis Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s