Francis, Loputyn, Jessica Cioffi.

Quand mes yeux sont tombés sur ce livre, je ne connaissais ni la maison d’éditions, ni l’artiste. Et pour cause, Shockdom est une maison d’éditons italienne qui se diffuse tout juste en France, et Francis est justement leur première œuvre à venir à notre rencontre. Toujours est-il que j’ai adoré l’objet. Le papier épais, type papier aquarelle qui est utilisé même pour la couverture donne un effet artiste et la beauté de cette couverture est indéniable. Un renard par dessus le marché, et je suis ferrée : je ne pouvais pas ne pas tenter ma chance.

La quatrième de couverture est laconique mais tentante : Francis est un esprit. Dans sa forme réelle, il aime prendre la forme d’un renard. Mais Francis est aussi mesquin, paresseux et vicieux. La couverture nous laisse entendre également qu’il sera question de sorcières et de sortilèges.

Cette bande dessinée est tout d’abord superbe pour le travail sur le dessin et sur la mise en scène des aventures. La vignette prend des allures de dessin fait à crayon levé, donnant un air délicieusement artiste et bohème à l’ensemble. S’y ajoute les couleurs pastels qui adoucissent un récit parfois sombre. La case s’autonomise et prend différentes tailles pour servir le texte et suggérer un enchainement d’actions rapides, pour mettre en valeur un paysage, pour mettre en scène une chute ; une page entière parfois sert pour mettre en valeur un rebondissement ou pour donner la pleine mesure de la beauté d’un personnage. J’ai tout particulièrement aimé la manière de représenter Francis. Il semble tour à tour doux, mignon, rusé, et mauvais. Les passages où le lien se tisse entre Metillia et Francis sont d’ailleurs très bien rendus avec une vraie analogie dans les expressions de l’un et de l’autre pour montrer la communion et l’entente. Nous voyons deux êtres qui se trouvent pour le meilleur et pour le pire.

La trame du récit en elle-même est assez simple : une jeune sorcière, à la veille de son épreuve, doutant d’elle même, angoissée et choisissant la fuite, regrettant son choix et cherchant des solutions. Et une rencontre qui bouleverse tout. Ainsi, nous avons aussi une quête initiatique ici : Metillia doit se trouver, elle doit trouver sa force, elle doit trouver qui elle est, sans se renier. Or, ce n’est pas toujours simple. Son chemin est semé d’embûches et si une chose est certaine, c’est qu’elle ne fait pas le choix de la facilité. Mais une fois cette nuit passée, plus de retour en arrière possible. En soi, ce scénario est intéressant et permet de nombreuses péripéties. Pour autant, il y a eu un goût de trop peu, pour moi. J’aimerais savoir ce qui arrivera à cette jeune sorcière plus tard, j’aimerais savoir comment elle se sortira de la situation complexe dans laquelle elle s’est fourrée. J’aimerais savoir si elle trouvera l’équilibre, si elle sera un être positif ou négatif ou tout simplement une jeune femme avec des failles, enfin, j’aimerais savoir si le choix qu’elle fait dans cette BD est finalement une bénédiction pour son propre cheminement ou une errance qui la fera grandir. Ce tome laisse donc beaucoup de choses en suspend et cela m’a frustrée.

Metillia est un personnage intéressant. Elle est jeune et un peu puérile par certains côtés, comme les petits, elle croit follement en une solution miracle qui ne nous illusionne pas beaucoup, nous, mais qui nous fait sourire. Sur un malentendu, ça aurait pu passer. Mais c’est aussi une jeune fille déterminée et influençable qui se laisse désespérer et se laisse convaincre. C’est enfin et surtout une jeune femme qui cherche sa place dans le monde et dans cette communauté, et qui ne la trouve pas, elle souffre de cette sensation et devra s’en affranchir pour grandir. Autant, elle semble être dans une stratégie de fuite lorsque s’ouvre le livre, autant elle campe sur ses positions et est déterminée à la fin. Cela laisse présager d’une évolution intéressante par la suite s’il devait y en avoir une.

Ainsi, je suis ravie de ma découverte. Je suis littéralement subjuguée par la douceur des traits et par la beauté des graphismes qui acquièrent ici une belle puissance évocatrice. Le récit est intéressant et nous fait de belles promesses, mais je reste un peu sur ma faim. Il m’en aurait fallu plus et je suis frustrée de ne pas avoir un peu plus de réponses.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s