L’Héritage du rail, Morgan of Glencoe.

L’Héritage du rail, la dernière geste, deuxième chant est le deuxième volume des aventures de Yuri… et je n’ai pas pu résister à enchaîner les lectures, tant l’univers me plaisait. Comme pour le premier tome, la couverture est sublime et dénote déjà l’émancipation de l’héroïne tout en préfigurant des combats. Attention, si vous n’avez pas lu le premier tome, ne lisez pas cet avis, cela risquerait de vous gâcher la découverte.

Yuri est désormais libérée des Egouts, et de retour à l’Ambassade, elle doit reprendre la vie d’une princesse… mais cette vie lui semble dorénavant bien étriquée! Elle ne rêve donc plus que de liberté, une liberté qui serait un affront à beaucoup de puissants, une liberté qu’elle ne peut trouver que sur le Rail, seul territoire libre keltien sur ce continent. L’aventure s’ouvre à elle.

J’attendais beaucoup de cette suite puisque j’avais adoré le premier tome. La barre était haute et pourtant, je ne suis absolument pas déçue. La plume de Morgan of Glencoe reste fidèle à elle-même, et, avec un puissant charme évocateur, elle sait faire exister des pays nouveaux, des coutumes ancestrales, des conflits familiaux, mais aussi toute la magie et toute la poésie des fées et des artistes. Elle nous offre un livre-monde peuplé d’héroïsme, de magie, de combats épiques, d’aventures improbables, de mauvaises rencontres mais aussi de pardon. Il y a beaucoup d’humanité entre ces pages : plusieurs personnages apprennent ici à reconnaître leurs torts, à faire tomber l’armure pour se montrer en pleine lumière, vulnérables : Bran, par son deuil, Kenzô par son renoncement, Gabrielle par ses choix.

Si le premier volume était le temps de l’initiation, ici Yuri grandit encore et s’approche de la maturité. Elle apprend à faire ses choix par elle-même, et en subit les conséquences, réalisant que la liberté est aussi une épreuve, bien loin du confort douillet de son palais. Elle devient tour à tour une combattante, une jeune fille en fleur, une épaule secourable et une tacticienne précise au flair indéniable. Yuri prend son envol et s’affirme entre ces pages, révélant un grain de folie qu’on ne lui connaissait pas et un cœur d’une grande bonté, une fois de plus. Sa sagacité ne fait que s’aiguiser de pages en pages, mais les secrets de famille dévoilés l’ébranleront malgré tout, car, aussi lucide et fine soit-elle, elle est incapable de subodorer certains renversements de situation.

Ce deuxième volume nous réserve bien des surprises encore. Des personnages que nous pensions secondaires s’avèrent être désormais des personnages de premier plan. J’ai senti venir certaines révélations dans ce tome, mais elles restent finement amenées et il y a malgré tout un petit twist final qui permet de rendre les choses bluffantes. Ryuzaki et Levana prennent de l’ampleur pour notre plus grand bonheur. Bran gagne aussi en densité : son passé nous est révélé morceau par morceau, elle s’humanise doucement aux côtés de Yuri et devient espiègle et taquine, si bien qu’elle nous fait sourire plus d’une fois. Au contraire, des personnages qui semblaient sympathiques au premier abord, comme Louis-Philippe, héritier du roi de France, devient ici une figure plus ambivalente. Arrivée au terme de ce tome 2, je crains ce qu’il fera et il me déplaît royalement ( c’est le cas de le dire!).

L’univers porté par le tome 1 est approfondi et s’enrichit de strates nouvelles. Nous découvrons davantage la Capitaine Trente-Chênes, nous nous attachons à Alcyone l’Aeling, nous sommes piqués par les tensions entre Taliesin le Barde et Kenzô – le père de Yuri-, mais surtout nous découvrons Keltia. Nous plongeons dans de nouvelles traditions, au sein d’une communauté soudée et chaleureuse, faite de douceur et d’entraide. Les nouveaux venus nous réchauffent le cœur. Mais avant d’en arriver là, Yuri affronte de nombreux combats, Bran quant à elle affronte les fantômes de son passé, afin de grandir et de dompter -peut-être- son dernier dragon. (Parlons-en aussi de cette histoire de dragons intérieurs : je brûle d’envie de mieux comprendre de quoi il retourne!) Finalement, dans ce tome, nous n’avons plus une mais plusieurs quêtes initiatiques et plusieurs personnages naissent à eux-mêmes : Ryusaki, Levana, Pyro, Bran aussi d’une certaine manière. Or les révélations apportées jettent un éclairage nouveau sur l’ensemble des choses et préfigurent encore de belles choses à venir. Nul doute que le troisième volet sera savoureux.

L’héritage du rail est donc une lecture saisissante et vibrante. Nous découvrons davantage un univers qui est toujours aussi fascinant et nous suivons le parcours de héros attachants que nous regrettons de quitter une fois de livre fini. J’ai déjà hâte d’avoir la suite, alors que je viens juste de fermer le livre, preuve s’il en est que la magie des mots opère et nous transporte bien loin de notre quotidien, transcendant les règles du monde réel. Un petit bijou, une fois de plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s