La Rage, Zygmunt Miloszewski.

Ce roman m’a été offert par ma sœur il y a quelques années (sic… oui oui… années!) et comme souvent, je l’ai laissé dormir dans ma pile à lire. J’ai eu envie de le sortir et de le découvrir, histoire de faire souffler un vent de nouveauté sur ce mois de septembre, et je l’ai naturellement intégré au Pumpkin Autumn Challenge 2020. Ce sera mon roman pour « Je suis Médée, vieux crocodile! » du menu Automne frissonnant.

Teodore Szacki, procureur au parquet d’Olsztyn, ne goûte pas vraiment les affaires qu’on lui demande de suivre. Sa vie de couple est elle aussi quelque peu perturbée par l’arrivée de sa fille adolescente Hela. La découverte d’un squelette dans un bunker ne le passionne pas vraiment, mais très vite, il s’avère que ces ossements cachent un secret non seulement ils pourraient être moins vieux que ce qu’on imagine, mais il pourrait aussi y avoir plusieurs victimes. Ce revirement de situation risque de le pousser à négliger d’autres affaires, par orgueil, et de le conduire à quelques bévues.

Ce roman n’est pas le premier de la série consacrée à Teodore Szacki, et pourtant, cela ne m’a posé aucun souci pour lire l’oeuvre. Les rappels sont faits tout en finesse, et d’une manière générale, nous n’avons pas besoin de connaître le passé de Teodore pour comprendre son présent. Le procureur est ici dans une nouvelle région depuis peu, sa vie privée est un peu houleuse et chaque dispute fait ressortir l’intransigeance de cet homme. En effet, le procureur est un homme dur, monolithique. Il ne faut pas attendre de lui compassion et bons sentiments. Il n’aime que les affaires juteuses, juge aisément ses concitoyens et repousse en bloc tout ce qui ne lui semble pas digne d’intérêt. Son adjoint n’est pas plus humain en apparence, si bien que lorsque l’un deux commet une erreur, l’autre se charge de lui faire boire le calice jusqu’à la lie. Ce duo est étonnant et dérangeant par certains aspects. La froideur qui les caractérise m’a soufflée et j’ai eu envie de les secouer un peu, de temps en temps, pour qu’ils cessent de voir le monde en teinte monochrome. C’est peut être le seul élément du roman qui ne m’a pas pleinement emportée. J’aime m’accrocher aux personnages et projeter mon humanité dans la leur. Or, leurs traits de caractère m’ont interdit toute identification. Néanmoins, la raideur morale que nous observons est sans aucun doute conçue à dessein et permet de préparer le renversement final. A aucun moment nous ne voyons venir les choses et, au fil des pages, nous aurions presque oublié le premier chapitre qui annonce pourtant une partie de la catastrophe.

En ce sens la construction de l’oeuvre est à la fois complexe et signifiante. Nous sommes plongés en plein cœur du récit, avant d’amorcer une pause et de tout reprendre depuis le début. Le décompte se fait sous forme de jours, et à chaque chapitre, nous découvrons des actualités qui sont publiées dans les médias. Le moins que l’on puisse dire est que ces actualités sont indigestes, collées toutes les unes aux autres, sans agencement, sans développement, comme un assemblage de gros titres. Ce choix crée une litanie qui rythme la course poursuite contre l’assassin, elle met aussi en lumière les sujets parfois insignifiants que l’on trouve dans les médias. Finalement, la mise en page nous noie comme la vraie information – celle que nous attendons et que nous brûlons de découvrir imprimée- est diluée. Ces chapitres éveillent notre curiosité mais jouent aussi et surtout le rôle de leitmotiv qui nous donne envie d’en savoir plus et nous frustre à la fois par l’inanité de leur contenu par rapport à ce qui nous préoccupe vraiment.

L’enquête en elle-même est très originale. Le mode opératoire de l’assassin est on ne peut plus détonnant et original, les ramifications de l’enquête et les motivations du criminel m’ont complètement soufflée. Je suis restée ébahie devant les faits évoqués et je dois reconnaître que je n’ai jamais lu ça ailleurs. Cette enquête mêle violence, vengeance, quête de justice et manipulation subtile car le criminel ne veut pas juste s’en prendre à certaines personnes, il espère faire tomber dans son piège d’autres individus afin d’obtenir quelque chose. Et dans cette optique, certains détails, qui nous paraissaient absolument insignifiants au début, prennent une ampleur insoupçonnée deux cent pages plus loin. Un véritable esprit machiavélique tire les ficelles pour notre plus grand plaisir. Arrivée au terme de ce roman, je me trouve tiraillée entre l’envie de lire la suite et de comprendre ce qu’il adviendra du procureur Szacki, et l’envie de lire les opus précédents pour comprendre le cheminement de cet homme. Bref, vous l’aurez compris, La Rage remplit parfaitement son rôle et tient ses promesses.

Ainsi, ce roman est absolument parfait. Je ne trouve aucun bémol à apporter : nous avons sous les yeux une enquête résistante et glaçante, des rebondissements inattendus et des révélations stupéfiantes. Le procureur s’humanise à la fin et livre sans doute la bataille la plus dure de sa vie tandis que nous retenons notre souffle. Une excellente lecture en somme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s