Mes Vrais enfants, Jo Walton.

Résultat de recherche d'images pour "mes vrais enfants"          La couverture de ce roman m’a attirée dès le premier coup d’œil : elle est sublime… après avoir commencé la lecture, je n’ai pas regretté !

            Lorsque le roman s’ouvre, Patricia Cowan est en maison de retraite, elle est atteinte de démence et mélange le passé et le présent. Le lecteur suit alors l’histoire de sa vie et se demande sans cesse si elle nous conte sa vraie histoire ou une vie fantasmée.

     Le début est donc un peu déroutant, mais c’est aussi ce qui confère son charme à l’ouvrage. Finalement, j’ai aimé me sentir perdue, noyée, ballottée et, peu à peu, j’ai pris le rythme. Bientôt, j’ai trouvé extrêmement savoureuse l’alternance entre les deux récits, les deux vies : la Patricia indépendante et la Patricia soumise ne m’ont pas laissée de marbre ! Si l’une des ces femmes m’a agacée au début, je n’ai bientôt plus tenu. J’étais littéralement incapable de me décrocher du livre. Il fallait que je comprenne qui elle était, pourquoi elle faisait ces choix, quand elle allait se réveiller. De plus, tout du long, j’ai été tenaillée par la question fatidique : laquelle de ces deux vies est la vraie? Je guettais le moment, l’indice… et je ne vous dirai pas si je l’ai trouvé pour ne pas vous gâcher la lecture. Sachez néanmoins que la chute du roman ne vous laissera pas de marbre.

            Patricia est un personnage très attachant : dans ses deux vies, elle aura connu une forme de bonheur, plus ou moins durable, et de terribles épreuves. Elle emporte avec elle le lecteur, qui se réjouit de ses succès et pleure sur ses malheurs. Sa famille – ou plutôt ses familles – ne laissent pas indifférent non plus : source de force et de doute, source de bonheurs et de souffrances, elles reflètent la vraie vie, plurielle, violente, brutale, joyeuse et lumineuse aussi. Finalement, Patricia reste une femme forte, même lorsqu’elle est soumise. Si cela semble paradoxal, ça ne l’est pas tant que cela, car il faut du courage pour endurer les épreuves que la vie lui réserve.

      Enfin, ce qui est particulièrement intéressant dans la structure de ce livre, c’est de se rendre compte qu’un seul choix à un moment donné détermine la vie de Patricia : selon l’option retenue, tout change et le monde entier change aussi ! Ainsi, ce roman permet de faire réfléchir sur le destin individuel, sur les choix de vie, sur l’incidence de la vie individuelle sur la vie de l’ensembletout en nous présentant une femme extraordinaire, d’une force et d’une richesse sans fond, éminemment touchante.

        Ce roman est donc une petite pépite : rare et déroutante. Le temps passé en sa compagnie a été particulièrement précieux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s