Outre-Temps, Elisa M. Poggio.

      L’image contient peut-être : une personne ou plus et texteJ’ai eu le grand plaisir d’être tirée au sort pour découvrir en avant-première le roman d’Élisa M. Poggio. De la low fantasy, un titre et une couverture énigmatiques : il n’en fallait pas plus pour éveiller mon intérêt.

      Outre-Temps relate les aventures d’une jeune fille en apparence ordinaire : Prune. Elle vit avec sa mère et son beau-père, rêve de parcourir ce qu’elle appelle mystérieusement « l’Outre-Temps » aux côtés de Léonie, sa marraine… Mais si finalement, ce changement, qu’elle appelle de ses vœux, l’entraînait dans une quête éperdue, aux côtés d’alliés étonnants, et aux prises avec d’effroyables adversaires? Le Gel approche…

      Tout d’abord, je suis conquise par le personnage de Prune. Précipitée dans un univers dont elle ne soupçonnait pas l’étendue, la jeune fille apprend peu à peu ce qu’est l’Outre-Temps. Elle est, de fait, extrêmement touchante. Écorchée vive, d’une loyauté à toute épreuve, son obstination, son entêtement et sa crédulité sont pour beaucoup dans ses aventures… et dans quelques-uns de ses déboires! Elle est un personnage entier, prêt à se sacrifier pour ses amis et pour ce qu’elle croit juste. J’ai adoré la voir grandir au fil des épreuves et s’affirmer.

    La galerie de personnages de ce roman est très savoureuse : ce ne sont pas juste des êtres de papier, nous sentons un passé à l’oeuvre, des aspirations, des contradictions, bref, ils ne sont pas monolithiques, même les méchants! J’aime cet art de la nuance qui les rend tous si éminemment humains! J’ai une tendresse toute particulière pour Kavo, l’écureuil, pour Nattog, l’hybride ou encore pour la truculente Léonie et sa gouaille qui forcent le sourire. Chacun d’eux est haut en couleur, entier, et  leurs différences de caractère enrichissent le récit. Enfin, en lisant, nous sentons qu’ils cachent encore bien des secrets et des mystères qui ne demandent qu’à être révélés et qui captent notre attention.

      Pour notre plus grand bonheur, le rythme du récit est effréné : une véritable quête identitaire et initiatique se déploie dans une course éperdue. D’étonnants alliés se placent sur le chemin de Prune. Mais parfois, la frontière est floue et celui qui ressemble à un ennemi peut en réalité œuvrer pour votre salut. Encore faudra-t-il que Prune s’en aperçoive à temps! Dans ce roman, les faux-semblants sont monnaie courante, les ennemis ne sont pas forcément ceux que l’on croit… et c’est un régal pour le lecteur, car il est à l’image de Prune, plus souvent défait qu’à son tour! De quoi piquer notre curiosité et nous maintenir en haleine!

       L’univers délicat et patiemment tissé parachève l’ensemble. J’ai été fascinée par ces mondes déployés sous nos yeux : des Temps cruels, des Temps poétiques mais sauvages, des Temps rudes… Tout est là! Cela commence doucement avec l’étrange Léonie. Puis, peu à peu, notre lecture s’enrichit par strate, si bien que nous ne comprenons que progressivement la richesse et la complexité des lieux. Élisa M. Poggio a réussi le tour de force d’inventer tout un univers avec sa genèse, sa faune, sa flore et sa mythologie. Les Ogres tels qu’ils sont présentés ici revivifient ceux que nous trouvons dans les contes traditionnels, la magie des Tisseurs du Rêve est à la fois poétique, fascinante et effrayante, comme celle des Okks. Les éléments importants sont parsemés – lorsque nécessaire- de manière à dramatiser ou à expliquer un fait, un rebondissement; et cela fait l’effet du « petit fait vrai » qui donne à cet univers toute sa consistance.

      Finalement, le Temps humain, le Temps du Rêve, le Temps des Okks sont autant de lieux qui nous deviennent peu à peu familiers, que nous arpentons avec les héros et que nous apprenons à aimer… Le Temps des Okks m’a séduite par les personnages que Prune y rencontre et par la maîtrise avec laquelle il est mis en scène. Le Temps du Rêve est à la fois fascinant et révoltant si nous réfléchissons bien à ce qui s’y déroule. Le Temps des humains et le Temps de l’Oubli sont un peu moins présents dans l’oeuvre, mais tout aussi glaçants l’un que l’autre.

      Enfin, point non négligeable, toutes ces aventures sont soutenues par une belle plume. Elle sait se faire enivrante et poétique pour broder subtilement la toile d’un monde dense et complexe, ou au contraire violente et épique pour nous entraîner, tête la première, dans des combats étonnants.

      Ainsi, ce premier tome d’Outre-Temps est une merveille! Nous sommes happés dans un tourbillon d’aventures, nous traversons le voile des temps et en ressortons stupéfaits et fascinés par la complexité du monde et des personnages qui se déploie sous nos yeux. J’ai eu un vrai coup de cœur pour la richesse de cet univers et j’attends déjà impatiemment la suite des aventures de Prune et de ses amis!

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s