Le Piège, Melanie Raabe.

      J’avais envie d’un thriller et mon regard a été aimanté vers un nouveau venu dans ma PAL : Le Piège, de Mélanie Raabe. La couverture et le titre contiennent déjà mille et une promesses.

      Nous découvrons Linda Conrads, Michaelis de son vrai nom, un auteur à succès mais qui souffre d’une réelle agoraphobie. Elle reste donc recluse, et sa maison devient son monde : le lac au bout du jardin est sa mer, les différentes pièces de la maison sont ses pays. Sa vie s’écoule lentement entre rares visites et écriture… Jusqu’à ce jour funeste où elle voit l’assassin de sa sœur à la télévision.  Un implacable mécanisme se met alors en place : comment le piéger? Comment le confondre et lui faire avouer un meurtre vieux de douze ans… surtout quand on ne peut pas sortir? Ecrire un livre !

       Pour commencer, j’ai adoré le personnage de Linda. Elle est à la fois forte et fragile, presque terrassée par les fantômes de son passé, torturée par son impuissance mais prête à tout affronter pour élucider le meurtre de sa sœur, pour avoir enfin la réponse à l’énigme qui ne la laisse pas en repos : pourquoi Anna ? J’ai aimé son entêtement, son courage et, avec elle, j’ai frémi, j’ai craint, j’ai douté. Une des grandes forces de ce roman réside dans le personnage de Linda : elle occupe à elle seule la quasi totalité du livre, elle en est véritablement la pièce maîtresse.

      Mais ce roman n’est pas juste un thriller. Entre les lignes une subtile ode à la littérature apparaît, car nous ne lisons pas un, mais deux romans! De chapitre en chapitre, nous découvrons aussi le thriller qu’écrit Linda Conrads pour confondre l’assassin. Cette structure suscite une myriade de questionnements chez le lecteur. Nous découvrons la vie de Sophie, l’alter ego littéraire de Linda,  son passé, en nous demandant toujours à quel point elle le transforme, le fantasme….et je l’avoue sans honte, j’ai fini par y perdre mon latin, et me suis trouvée à mon tour piégée par la savante construction imaginée par Melanie Raabe. De page en page, j’ai été emportée dans une spirale infernale, oscillant entre réelle vérité, vérité fantasmée et cauchemar assumé. Si Linda s’y perd, nous aussi! et les nombreux rebondissements nous laissent pantelants, épuisés, et quelque peu sonnés avant que la chute n’arrive. Quant au personnage de Victor Lenzen, il parachève l’ensemble et floute toujours plus la frontière entre mensonge et vérité. Un délice! 

      Autant le dire, la chute du roman ne m’a pas forcément surprise, mais j’ai été conquise par la lente descente aux Enfers de Linda, par ses doutes qui la confinaient à la lisière de la folie, et par son incroyable capacité à rebondir pour mener à bien sa quête de vérité.

      J’ai tout simplement adoré ma lecture : thriller et mise en abîme de l’acte d’écriture, voici un mélange addictif! L’auteur entretient à la perfection le suspense et nous fait naviguer en eaux troubles, à la lisière de la folie… ou de la lucidité : à vous de le découvrir. Un thriller magistral! 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s