Féline, BU Hui-ryeong.

  La quatrième de couverture de Féline m’a immédiatement fait penser à L’histoire d’une mouette et du Chat qui lui apprit à voler de Sepulveda… Je m’attendais donc à un roman léger. Or, Féline est un roman infiniment complexe. Il permet d’interroger le lien entre les hommes ainsi que la construction identitaire de l’adolescent. Il effleure le thème du harcèlement scolaire par le biais d’un personnage secondaire et, surtout, il ouvre la réflexion sur le lien entre l’homme et l’animal.

     Ce roman relate un coup de foudre entre un chat et une humaine. Mais est-ce partagé? Quels sacrifices  faire pour l’Autre… et seront-ils récompensés? Toute la question est là. Mineyong est le personnage principal. L’adolescente se cherche et, ce qui frappe chez elle, c’est de voir  à quel point elle se refuse au bonheur. Serait-il inaccessible? Est-ce que les fantômes de son passé la tourmentent ? Les questions se bousculent dans l’esprit du lecteur, et pas à pas, les personnages qu’elle côtoie éclairent son évolution, que ce soit Han, jeune homme qui dissimule lui aussi une fêlure, Li-Heyiong, cette amie perdue de vue ou encore sa mère. A tout cela s’ajoute le personnage de Minet. C’est, en apparence, un simple chaton mais il devient une figure aussi complexe que celle de la jeune fille. Leurs souffrances se répondent… 

     L’auteur sait rendre ses personnages touchants : ce cher Minet en tout premier lieu. Je l’ai adoré! Il complote, proteste, essaie de convaincre et entraîne le lecteur dans l’univers des chats et de leurs croyances : les hommes-chat, l’âme des chats morts qui conseille les vivants… Autant d’éléments qui nous font basculer dans un autre univers. Mais l’auteur sait aussi nous faire sourire par moments car, nous le voyons, discuter avec une humaine… comme c’est dur quand on est un chat! Le dialogue de sourd entre les deux héros rend le roman extrêmement attachant.

        Ce roman est pour moi une très belle découverte. Les personnages prennent consistance au fil des pages. Ils sont tantôt drôles et attachants, tantôt agaçants, mais ils ne laissent pas indifférent! Ils me plaisent beaucoup car ce ne sont pas que des êtres de papier. Et, sous nos yeux, ces êtres tourmentés par le poids des secrets, de la culpabilité, se délivrent de leurs chaînes lentement et grandissent. Peu à peu, ils s’ouvrent à la vie et ils inventent leurs propres solutions à une vie imparfaite.

         Récit d’amour, preuve de courage mais aussi texte empreint de magie, Féline est un roman court mais dense de matière existentielle. Une fois de plus, voilà un roman qui a su me toucher en plein cœur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s