La Sorcière, Camilla Läckberg.

        Résultat de recherche d'images pour "la sorcière lackberg" Un nouveau Camilla Läckberg! Il ne m’en fallait pas plus pour me ruer en librairie le jour de sa sortie. Puis, une fois en mains, j’ai décidé de le savourer. Après tout, il me faudra encore attendre un an pour lire la suite! J’ai donc pris mon temps, et j’ai lu doucement, mais sûrement ce dixième tome…

       Et quel tome ! Voici une fois de plus une très belle réussite : un mystère dense, une histoire riche et haletante, une atmosphère oppressante à souhait, des personnages toujours aussi fouillés et attachants…

     Je ne m’attarderai pas sur les personnages emblématiques : Erica, Patrick ou Martin car ils sont toujours aussi émouvants. Dans ce dixième tome, ma vraie surprise a été pour Mellberg : son arrogance, sa suffisance, son incompétence sont toujours bien là, mais sous la plume de l’auteur, une fêlure est apparue et le personnage m’a semblé éminemment humain et touchant dans sa détresse et ses regrets. Cela crée un contraste étrange et savoureux : s’il est toujours aussi horripilant, il parvient aussi à émouvoir par moments.

     Pour ce qui est de l’intrigue, Camilla Läckberg tisse sous nos yeux trois fils :  la disparition de la petite Néa, qui fait douloureusement écho à un crime analogue vieux de quelque vingt ans -la mort de Stella-, et la vie d’une certaine Eylin au 17e siècle. Une fois de plus, cette narration singulière est un délice ! Les deux affaires se croisent et s’entrecroisent, et nous laissent tout aussi perplexes que les enquêteurs! Les protagonistes des deux crimes sont presque les mêmes : les acteurs du vieux drame sont présents, des nouveaux sont apparus : coïncidence? imitation? second passage à l’acte d’un seul meurtrier? Le lecteur a beau essayer de relier les fils entre eux, il n’y parvient vraiment que dans les dernières pages, ce qui accroît le suspense de l’ensemble du roman. L’enquête est pleine de rebondissements inattendus, de drames annexes, de mystères et la tension est maintenue de main de maître  jusqu’aux dernières pages !

      Ce livre a également soulevé en moi mille et un sentiments grâce à la densité donnée à chaque personnage. Je n’ai eu de cesse de lire, de me demander qui était coupable, de me laisser prendre au jeu des apparences. J’ai craint pour Anna, j’ai plaint Jessy, j’ai eu envie de secouer Marie, j’ai détesté James…. mais surtout, j’ai souffert, espéré puis déchanté avec Eylin, personnage ô combien émouvant, aux prises avec le Destin! Elle est pour moi, une figure emblématique de ce tome, et j’attendais les chapitres la concernant avec impatience. Une fois encore, l’auteur intercale un récit remontant au 17e siècle dans son récit, et l’alliance avec le présent est ici magistrale. Les ramifications du passé sur le présent et l’avenir n’ont jamais été aussi denses… et glaçantes !

      Bref, ce dixième tome est une vraie réussite. Une fois de plus, les personnages prennent vie sous la plume de l’auteur et s’ancrent toujours un peu plus dans notre esprit et dans notre cœur. 

      La Sorcière est un vrai coup de cœur. En un mot:  magistral !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s