Les Dragons de Dorcastel, Jack Campell.

Résultat de recherche d'images pour "dragons de dorcastel"       Un monde hors de notre temps où magie et technologie coexistent en deux guildes adverses, chacune niant le rôle et les réussites de l’autre. Un monde où les mages s’estiment au-dessus des autres, se servent s’ils désirent quelque chose et vendent leur protection aux puissants. Un monde où les mécaniciens méprisent le commun des mortels mais aussi les mages… Au milieu de ce jeu de pouvoir apparaissent Alain d’Ihris et Mari de Caer Lyn, le premier est le plus jeune mage jamais diplômé, la seconde, la plus jeune maître mécanicien. Ennemis et pourtant étrangement associés par le destin, ils devront sans cesse affronter les embûches sur leur chemin.

     J’ai particulièrement aimé ce roman : l’univers est riche, les tensions et les jeux de pouvoirs intriguent et maintiennent notre attention. La société telle qu’elle est décrite ne nous laisse pas indifférente. Nous sommes tantôt agacés par l’attitude des uns, tantôt révoltés par le manque de respect et la lâcheté des autres. Ce qui est certain : dans ce monde de faux semblant, nos deux héros ne peuvent se fier à personne, et l’apprennent à leurs dépens…  Le contraste entre ambitions affichées des guildes, les bas instincts des puissants et la candeur des héros est plus qu’efficace. A cela s’ajoute le parfait entrelacs de magie et de technologie qui rend l’histoire encore plus savoureuse. 

      La narration est fluide et ménage le suspense.  Le lecteur est poussé en avant tant par la soif de connaître la suite que de comprendre les énigmes que soulève chaque pas de nos héros. 

        Alain d’Ihris m’a beaucoup ému : il se sert de ses enseignements, questionne sa propre formation, il réfléchit au Bien et au Mal pour essayer de trouver sa propre voie. Mari de Caer Lyn m’a un peu plus agacée, elle serait plutôt « l’attachiante », elle ne cesse de vouloir avoir raison, mais cache au fond une grande bonté.  Leur amitié improbable, leur complémentarité, leurs désaccords, l’écart entre leur conception du monde ajoutent à ce roman le soupçon d’humour qui fait la différence.

      Je garde un souvenir ému et amusé de ces deux personnages et j’attends avec impatience la suite de leurs aventures. Ce premier volet leur a réservé doutes, embûches et énigmes sur un rythme échevelé, ne leur laissant aucun répit… je ne doute pas que la suite soit aussi savoureuse et dense !

            En bref, ce roman est une merveille : il questionne la société et toute forme d’apartheid, il questionne la notion d’amitié et nous entraîne dans une quête exaltante !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s