Ainsi fleurit le mal, Julia Heaberlin.

            Résultat de recherche d'images pour "Ainsi fleurit le mal" Ce roman m’offrait de belles promesses… j’en suis ressortie déçue.

            Une jeune femme est enlevée à seize ans, elle sera finalement la seule survivante, retrouvée au milieu d’un charnier, recouverte de marguerites… « Marguerite » un surnom qui lui reste. Mais peu à peu elle se demande si l’homme qu’elle a contribué à envoyer en prison est le bon, si son bourreau n’est pas encore là, à l’affût, près d’elle…

            Ce roman nous présente donc une femme adulte, désormais mère, en proie à de terribles doutes, tant moraux qu’existentiels. Elle mène l’enquête, peine à verbaliser son passé et se heurte au monde extérieur, aux autres, à tous ces gens à qui elle n’arrive plus à faire confiance tant son passé l’a façonnée et traumatisée. Le hic, c’est que ses doutes et ses inquiétudes ne m’ont pas captivée, je n’ai pas été émue ou touchée par les protagonistes.

            Le roman se construit sur une alternance de points de vue : l’héroïne adulte, animée par sa soif de réponses, et les passages la présentant adolescente, en train d’essayer de se reconstruire. Cette alternance est efficace, même si elle ne m’a que moyennement convaincue. Les passages mettant en scène le personnage principal à l’adolescence m’ont intriguée mais cette énergie est chaque fois retombée bien vite. Il m’a d’ailleurs fallu longtemps pour comprendre la place que prenaient ces passages dans l’économie d’ensemble du roman… Finalement, freinée par ce souci, je ne me suis pas identifiée au personnage et cela m’a un peu bloquée.

            La fin du roman est inattendue et bouleversante : des pièces du puzzle que l’on prenait pour d’infimes détails se révèlent finalement d’une valeur capitale… néanmoins, c’est arrivé trop tard pour moi et je me suis un peu trop ennuyée pour finir ma lecture exaltée et ravie. C’est dommage.

            En bilan, c’est certainement un bon roman, sa chute savoureuse tend à le prouver, mais il n’a pas su m’emporter dans son sillage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s