Le Lion et le Pélican, Gropapa &Thorn.

Depuis quelques temps, ne nous leurrons pas, mes lectures ont bien changé : moins de pages, plus d’images, et surtout, pour mon plus grand plaisir, un petit garçon rieur qui se saisit des livres, essaie de les grignoter autant qu’il dévore les mots que le lis.

Je pense que ce blog verra fleurir davantage de chroniques sur des albums jeunesse durant un temps car j’y découvre des pépites. Ma découverte du jour est Le Lion et le Pélican de Gropapa et Thorn. Il retrace l’histoire d’un lion qui a bien du mal à ne pas être le premier en tout, mais qui devra apprendre l’humilité.

Tout d’abord, et c’est pour moi primordial dans un album, j’ai adoré les dessins. Diego le lion est superbe, sa fierté se lit dans ses postures, dans sa démarche ; sa frustration, son envie et son désappointement aussi. J’ai beaucoup aimé la douceur du trait qui donne à voir le bonheur de la réussite et l’agacement lié à l’échec. Diego, malgré son caractère excessif et un peu tyrannique par moments, reste un personnage qui fait sourire, qui amuse, qui est proche de nous par ses considérations, par ses espoirs et ses complexes. C’est un lion très humain : cela permet de travailler les émotions avec les enfants et de mettre en images ce que le parent lit (ou l’enfant selon son âge). En cela, texte et dessins se complètent à merveille, créant un réseau de sens porteur d’enseignement et favorisant le développement du langage.

L’histoire en elle-même est drôle et savoureuse. Ce lion, fort et puissant, se trouve à la fin fort dépité et il doit accepter sa défaite, reconnaître ses faiblesses. Il est intéressant que, pour une fois, le roi de la savane soit affublé d’une fragilité. Cela pourra parler à tous car tout le monde a des point forts et des points faibles. Les complexes, la peur de nous montrer tel que nous sommes, d’avouer nos difficultés, est un thème qu’il est judicieux d’aborder, de travailler avec les petits, aussi pour renforcer la confiance en soi, puisque, finalement, pour être accepté et aimé, nul besoin d’être parfait : être soi suffit amplement. Cet album amorce donc un dialogue constructif autour de l’identité, des savoir- faire et des savoir être de chacun, autour du renoncement aux espoirs fous et surtout autour de l’acceptation de soi. Par le truchement du texte, ce sont donc des thèmes importants que les parents peuvent évoquer pour aider, accompagner leur enfant.

Cet album est résolument moderne : de beaux mots côtoient des expressions familières qui rendent Diego proche des petits. Je reconnais qu’en amoureuse des mots que je suis, la part de langage familier m’a peut être moins séduite, mais cela n’engage que moi, d’autant que cela ne retranche rien à la résonnance que le livre peut trouver en son lecteur. De plus, à côté de cela, des passages en vers tissent un lien discret mais bien visible avec les Fables, s’adressant au cœur du parent- lecteur, nouant une complicité littéraire et offrant rythme et musicalité à l’album.

Ainsi, j’ai adoré ce livre. L’histoire est douce, mignonne, drôle, savoureuse, pleine de rebondissements sans pour autant renoncer au sens. Il y a un vrai fond, profond, porteur, à même d’accompagner l’enfant dans son développement tout en lui faisant passer un tendre moment de lecture avec le parent- lecteur. Un album que je recommande.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s