Les Baleines célestes, Elodie Serrano.

baleines célestes      Les Baleines célestes attendaient dans ma bibliothèque depuis bientôt deux ans, et j’ai décidé de le sortir de ma PAL pour le lire en parallèle d’une lecture commune avec une amie. Bon, Les Baleines célestes n’ont pas fait long feu! Il va donc me falloir trouver une deuxième lecture parallèle!

     Dans ce roman, nous suivons la capitaine Alexandra Levisky. Alors qu’elle fait sa patrouille aux frontières de l’univers, un nouveau membre d’équipage zélé fait preuve d’une terrible maladresse et bientôt une baleine céleste se retrouve en liberté, se dirigeant droit vers le cœur de la galaxie et ses planètes les plus densément peuplées. Devant le risque que cela représente, il ne reste plus qu’à se lancer à la poursuite de l’animal…

     Je commencerai par le plus évident. La plume d’Elodie Serrano est d’une fluidité terrible. C’est un réel plaisir de se glisser dans cette histoire et d’être emportée toujours plus avant par un récit doux et entraînant. Rien n’accroche, rien ne nous fait buter alors même que, finalement, tout l’univers est nouveau. Ici, nous retrouvons l’espace comme terrain de jeu, nous retrouvons les rouages du monde politique – en toile de fond- complots et mesquineries qui ont valu à notre héroïne et à plusieurs membres de son équipage de se retrouver là, dans une mission aussi terne que routinière. Mais la morosité est vite chassée avec l’arrivée d’un nouveau membre aussi pataud que touchant. Une incroyable bévue lui a valu cette affectation, et sa volonté de briller pour se racheter causera bien des déboires. Son caractère enfantin – à bon nombre d’égards- fait sourire.

      J’ai beaucoup aimé le personnage de Nathan, le naturaliste, amoureux de son travail, un peu en dehors des réalités, plus souvent du côté des animaux que du côté des hommes. Il est délicieusement idéaliste et j’ai apprécié qu’il ne soit pas un savant imbu de lui-même et bouffi d’orgueil. Nous avons un personnage modeste mais déterminé, timide aussi, un homme qui sait s’émerveiller des beautés de la nature. Alexandra est une héroïne intéressante également, elle a accepté son affectation, elle s’attendrit de petites choses et reste ferme et forte pour l’essentiel. Elle est surtout fondamentalement humaine et son amour pour les livres n’est pas pour me déplaire (mais quelle idée de les placer au rang des antiquités!) J’ai aimé l’évolution de la capitaine tout au long du roman.

       Enfin, je trouve l’évocation des baleines célestes très douce et très poétique. Leur description est particulièrement belle, j’aime l’idée qu’elles arrivent à se camoufler sous la voûte céleste grâce à leur apparence, j’aime aussi l’attraction qu’elles exercent sur la plupart des personnes qui les voient. L’autrice a vraiment à cœur de donner du relief à ces animaux qui sont le centre névralgique du récit : nous découvrons leur régime alimentaire, leurs petits défauts, leur caractère pacifique aussi.

      La littérarité et des questions actuelles ne sont pas loin derrière cette oeuvre. Si nous avons un space opéra léger et doux, nous pouvons apercevoir en filigrane une réflexion sur l’écologie et sur la nécessaire préservation des espèces animales. L’allusion à Pinocchio est évidente avec Monstro, la baleine. En cela, le lecteur est content de renouer avec son enfance et, dans un éclat rieur, il rejoint l’autrice dans la chaîne de la culture littéraire.

       Ainsi, Les Baleines célestes est une très bonne lecture : légère, fluide et douce, elle donne le sourire et nous emporte dans une très jolie aventure. 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s