Ceux des limbes, Camille Brissot.

Résultat de recherche d'images pour "ceux des limbes"     J’ai eu la chance de remporter le dernier Camille Brissot à une masse critique de Babelio. Je n’osais même pas l’espérer… et je me suis jeté dessus avec avidité, étant une grande fan de la plume de l’auteure.

       Ceux des limbes est un roman post-apocalyptique dans lequel l’humanité (ou ce qu’il en reste) vit retranchée sur le Mont-Survie, pour échapper aux limbes, comprenez des infectés, des sortes de zombies. Nous suivons le parcours d’Otolan, de Naha, de Rostre et de bien d’autres. Entre trahisons, explorations, amitiés et drame, le roman nous emporte dans la vie de ces adolescents confrontés à des problèmes d’adultes.

     Tout d’abord, j’ai adoré Otolan et Naha. Ce sont deux personnages très touchants. Otolan a soif de tracer son propre chemin, de comprendre qui il est, hors des sentiers battus, hors d’une reconnaissance qu’il juge usurpée et il n’hésite pas à braver toutes les conventions pour protéger ce qu’il pense être juste, et ceux qu’il aime. Naha, quant à elle, est d’une force de caractère sans nom. Elle est à la fois forte et fragile et elle ne laisse pas indifférent. J’ai aimé sa fierté, son audace et sa détermination.

     Aux côtés de nos deux héros, nous retrouvons, comme souvent chez Camille Brissot, une multitude d’autres personnages, qui permet de tisser un réseau complexe d’amitiés, de haines, et qui permet de donner vie à l’ensemble de l’histoire, car rien n’est finalement manichéen, et même la brute épaisse a des failles qui expliquent son attitude, même si elles ne l’excusent pas. J’apprécie tout particulièrement cet aspect du roman. Aucun personnage n’est monolithique, tout est dans la nuance… et cela sonne vrai. 

     Le roman en lui-même est dense, intéressant et ne manque pas de rebondissements. Les non-dits sont peu à peu levés, les secrets enfouis émergent, les vraies amitiés apparaissent tandis que l’adversité augmente. Il n’y a pas de moment creux dans ce livre, tout s’articule et se met en place pour arriver à la situation finale. Le lecteur est donc entraîné, poussé par la curiosité. Il a soif de comprendre ce qui se joue précisément dans cet étrange rite de passage à l’âge adulte qu’est la Sortie, et observe médusé la manière dont la société s’est rebâtie sur le Mont. Il a hâte de savoir comment Otolan et Naha s’en sortiront. Il découvre peu à peu un monde encore plus cruel que ce qu’il imaginait. Les alliés d’hier sont peut être finalement moins bons que ce que l’on pensait. Il existe peut-être encore une vie au-delà du Mont Survie… Tout reste à découvrir, mais le monde entier devient un danger lorsqu’une épidémie comme celle des Limbes existe.

     L’auteure a réussi avec brio à rendre ce récit post-apocalyptique angoissant sans virer dans le gore ou l’horreur. En fait, les Limbes et leur chant m’ont glacée jusqu’aux os, alors même que les scènes réellement violentes sont rares. Je crois pouvoir dire que c’est là une vraie réussite : tout passe par la suggestion, par ce que le lecteur projette dans l’oeuvre.

     Ainsi, Camille Brissot signe ici un très joli roman : l’univers est fouillé, les personnages bien campés et j’ai adoré frémir et m’inquiéter pour les héros. Une jolie trouvaille, délicieusement glaçante !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s